• mai 2010
    L Ma Me J V S D
    « mar   juin »
     12
    3456789
    10111213141516
    17181920212223
    24252627282930
    31  
  • Damien CAREME

    Damien CAREME

    • Album : PS
      <b>imgp1471.jpg</b> <br />

Qui va payer?

Posté par toulouse2008 le 20 mai 2010

 Qui va payer?

Les chantres du libéralisme français et européen auront reçu ces dernières semaines  une nouvelle leçon. La crise financière et économique qui devait, pour quasi tous d’entre eux finir, s’est aggravée par cette fois ci une crise monétaire où le jeu spéculatif a pris des proportions très inquiétantes.

L’amateurisme d’hier consistait à spéculer sur des actions et des valeurs de sociétés et d’entreprise, le professionnalisme d’aujourd’hui consiste à spéculer contre les monnaies nationales ou pan- européennes et, cerise sur le gâteau, contre des états qui ont eu le malheur  et l’inconséquence de s’endetter lourdement.crisefin.jpg

Ce changement d’échelle devait, chacun l’a entendu de la part des dirigeants du G7 et du G20, Obama, Sarkozy, Brown et Merkel en tête, être combattu et endigué par un nouvel ordre (moral) financier. Pourtant la faiblesse des états et des dirigeants politiques reste criante d’absurdité oubliant  la crise des subprimes et comptant sur un rebond mécanique de la croissance après l’absorption des effets de la crise sur l’économie et les individus.

Certes les politiques d’accompagnement, plans de relances divers, soutien modestes aux salariés licenciés, discours incantatoires contre les banquiers et leurs traders ont pu laisser espérer une éclaircie  aujourd’hui complètement oubliée.

Jean pierre Jouyet, Président de l’AMF, pouvait, il ya quelques semaines, déclarer  à la commission des finances de l’Assemblée nationale toute son impuissance et sa quasi résignation à encadrer l’action des donneurs d’ordre financier qui restent mus, faut –il s’en étonner, par le bénéfice à court terme et la spéculation tous azimuts.

Cette impuissance déclarée implique que tous les gouvernements, Grèce, Espagne, Portugal s’ en remettent à des plans d’austérité très rigoureux dans lesquels les citoyens payeront longtemps les factures des décisions politiques ou plutôt de l’abandon des politiques au marché.

Baisse des salaires, augmentation de la TVA et donc de l’inflation, baisse des retraites et allongement de la durée de cotisation ou de départ à la retraite, purge de la fonction publique montrée du doigt, augmentation des impôts… la cure d’austérité pourrait tuer le malade et affaiblir durablement la consommation des ménages alors que les prévisions économiques pour la fin de l’année étaient déjà atones.

Au-delà des décisions à court terme prises par le gouvernement qui a opportunément surfé sur la crise grecque pour construire son plan de rigueur (qui va aujourd’hui réclamer une augmentation de salaire ?) la solution passera par plus d’Europe, plus d’intégration, plus de régulation laissant moins de marge au plan national, changement d’échelle oblige.

Le débat posé en 2005 rebondit. Non pas moins d’Europe mais une autre Europe, plus volontaire, plus sociale et moins libérale.

Laisser un commentaire

 

Le blog-note de Catherine G... |
Blog "Ensemble, dynamisons ... |
EUROPAC PAPETERIE DE ROUEN |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | cceta
| Les Enragés d'Aurillac
| LES MESSAGERS DU RDR