• mai 2010
    L Ma Me J V S D
    « mar   juin »
     12
    3456789
    10111213141516
    17181920212223
    24252627282930
    31  
  • Damien CAREME

    Damien CAREME

    • Album : PS
      <b>imgp1471.jpg</b> <br />

Quelles primaires ?

Posté par toulouse2008 le 15 mai 2010

Interpellé par l’appel du 22 mars de Daniel Cohn-Bendit, Arnaud Montebourg, secrétaire national du PS chargé de la rénovation, estime que les primaires pour désigner le candidat de gauche en 2012 sont une forme embryonnaire de «coopérative politique», telle que voulue par le leader écologiste.

 Daniel Cohn-Bendit appelle à sortir des «partis machines» issus de la révolution industrielle.

Cette question se pose-t-elle aussi au PS ?

Les citoyens peuvent-ils redevenir copropriétaires de l’action publique et politique ? Cette question concerne aussi bien le fonctionnement de la République que celui des grands partis de gauche. Les appareils vivent repliés sur eux-mêmes, enfermés dans les délices empoisonnés de la lutte pour le pouvoir. Et quand les divisions internes s’accentuent, cela entraîne la destruction de l’outil partisan lui-même, dont les Français ont pourtant besoin pour transformer la société. C’est ce que nous avons vécu ces dernières années au PS, avec le point culminant du congrès de Reims, dont nous sommes toujours convalescents.

Quels sont vos remèdes ?

Face au grand effondrement économique et au délitement du système politique, la gauche a l’ambition de reconstruire une société nouvelle. Pour ce faire, nous aurons besoin de partis qui ne soient plus organisés sur le mode vertical et autoritaire, mais associant les citoyens à cette stratégie du changement. Aujourd’hui, les appareils infantilisent les citoyens qui se retournent violemment contre le système politique. Si notre pays est ultra-divisé et fait du surplace, c’est aussi parce que les Français n’ont pas assez de poids et de pouvoir dans la politique pour susciter des solutions et des compromis nécessaires au pays dont les appareils sont assez peu capables.

Les partis sont-ils prisonniers de leur logique boutiquière ?

La logique des appareils est de maintenir leur part de marché électoral par l’affrontement, même quand il n’y a plus grand monde pour les soutenir et se rendre aux urnes. Le besoin des Français est de résoudre des problèmes que les partis ne veulent pas ou plus voir.

Comment en sortir ?

Cela implique de réduire le féodalisme des vieux partis comme le PS, en permettant la réappropriation des fonctions publiques et des mandats par les citoyens, à la place de ceux qui les accaparent. Cela passe par l’instauration du mandat unique parlementaire, avec une limitation à trois mandats consécutifs. Là-dessus, le PS envisage de mettre en oeuvre des réformes assez radicales dès 2012, afin que l’Assemblée nationale issue du prochain scrutin incarne un renouvellement profond de ses représentants de gauche. Ensuite, il faut intégrer les citoyens dans les processus de décision des partis. C’est l’objectif du projet des primaires ouvertes et populaires.

Ces primaires seront-elles ouvertes ?

Le mandat des militants du référendum du 1er octobre est sans concession. Il n’y aura pas de fermeture des candidatures ni du corps électoral. De même, il n’y aura pas de restriction sur le nombre de parti de gauche coorganisateurs. Ces primaires seront un outil extraordinaire pour les millions de citoyens qui désireront s’emparer du scrutin et peser sur son orientation. Par ailleurs, c’est un outil destiné au mouvement social et associatif pour entrer dans la grande histoire politique de notre pays. Au lieu de faire intervenir le vote des citoyens quand la campagne est terminée et la situation politique figée, nous leur donnons le droit de choisir le candidat à la présidentielle, ce qui était auparavant le monopole des états-majors politiques et médiatiques ainsi que des instituts de sondage. C’est tout le sens d’une démocratie ragaillardie : permettre au citoyen de donner un coup d’épaule à l’histoire. Les primaires, qui sont une préfiguration de la VIe République, sont une première forme – embryonnaire et éphémère mais révolutionnaire – de coopérative politique. C’est une façon de répondre positivement à l’appel de Dany Cohn-Bendit en imaginant des solutions concrètes qu’on pourrait mettre en oeuvre ensemble. Par ailleurs, nous prévoyons pour ces primaires une campagne très enracinée, où les candidats sortiront des plateaux de télévision pour se confronter aux gens. De quoi faire surgir tout un tas de questions présentes dans la population, mais pas toujours dans la tête des dirigeants.

 Les primaires ne doublonnent-elles pas avec le premier tour de la présidentielle ?

 Les primaires ont un double avantage. Elles constituent un outil de mobilisation des citoyens en démocratisant la présidentielle. Mais c’est aussi un outil de rassemblement partiel ou total des gauches. Aujourd’hui, nous travaillons à trois partis sur la primaire : le Parti radical de gauche (PRG), le Mouvement républicain et citoyen (MRC) et le PS. La question de l’étendre aux écologistes et au Front de gauche dépendra de leurs stratégies respectives.

La rénovation du PS ne va-t-elle pas se heurter aux baronnies ?

Le PS est un parti surdéterminé par l’histoire et gardien rigide de sa tradition. Alors que la société a beaucoup évolué, il y a besoin d’un socialisme libre, créatif et mouvant. Il a donc besoin d’être perturbé par la société pour se régénérer. Après avoir fait la démonstration de notre unité aux régionales, il faut maintenant démontrer notre capacité à muter. C’est tout l’enjeu des trois mois que nous allons consacrer à la rénovation du PS. Au vu de la détermination de Martine Aubry, je crois que nous pourrons, d’ici juillet, accoucher d’un véritable nouveau Parti socialiste. entretien avec Arnaud Montebourg, secrétaire national du PS chargé de la rénovation Recueilli par Matthieu Écoiffier Paru dans Libération du 29 mars 2010

Laisser un commentaire

 

Le blog-note de Catherine G... |
Blog "Ensemble, dynamisons ... |
EUROPAC PAPETERIE DE ROUEN |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | cceta
| Les Enragés d'Aurillac
| LES MESSAGERS DU RDR