• août 2008
    L Ma Me J V S D
    « juil   sept »
     123
    45678910
    11121314151617
    18192021222324
    25262728293031
  • Damien CAREME

    Damien CAREME

    • Album : PS
      <b>imgp1471.jpg</b> <br />

VERS LA MOTION COMMUNE

Posté par toulouse2008 le 30 août 2008

Source : Nouvel obs  

Les amis de Dominique Strauss-Kahn, réunis vendredi soir en marge de l’université d’été du Parti socialiste, ont décidé de fusionner avec ceux de la maire de Lille dans une motion commune pour le congrès de novembre à Reims.
La première journée du rassemblement de La Rochelle a vu les petites phrases et les dissensions se multiplier.

Martine Aubry

Martine Aubry

(c) AFP 

Début de clarification chez les « reconstructeurs » du PS. Les amis de Dominique Strauss-Kahn, réunis vendredi 29 août au soir en marge de l’université d’été du Parti socialiste à La Rochelle, ont décidé de fusionner avec ceux de Martine Aubry dans une motion commune pour le congrès de novembre à Reims.
« Tout va bien, les strauss-kahniens nous rejoignent et on les rejoint », a confirmé Martine Aubry en croisant quelques journalistes sur le Vieux port de La Rochelle.
Lors de cette réunion à huis-clos en présence d’environ 500 militants, selon les organisateurs, les membres de « Socialisme et démocratie » ont acté leur fusion avec les amis de la maire de Lille, et « pris en compte » la demande de rapprochement de la contribution « La ligne claire », présentée par plusieurs barons locaux dont le maire de Lyon Gérard Collomb et le président du conseil général des Bouches-du-Rhône Jean-Noël Guérini, selon Jean-Christophe Cambadélis, animateur du courant.

Un rapprochement avec les fabiusiens

Les strauss-kahniens envisagent également un rapprochement avec Laurent Fabius. « Il ne faut pas se précipiter par rapport à la demande des amis de Laurent Fabius, mais pas les ostraciser », a déclaré Jean-Christophe Cambadélis, cheville ouvrière des « reconstructeurs », coalition hétéroclite de ceux qui ne veulent ni de Ségolène Royal, ni de Bertrand Delanoë à la tête du PS.
Les amis de DSK, qui a pris ses distances avec la politique française depuis son accession à la direction générale du Fonds monétaire international (FMI) mais a été en contact téléphonique dans la soirée avec ses lieutenants, ont aussi formulé une liste d’exigences valant pour leurs discussions avec l’ensemble des partenaires: l’organisation de conventions pour revoir le projet du PS, le refus de la présidentialisation du parti et une primaire ouverte aux sympathisants pour désigner le candidat socialiste à la présidentielle de 2012, cette primaire devant avoir lieu en 2011.

Réunions de courant

La confusion continuait en revanche à régner sur le nom du candidat soutenu par les strauss-kahniens au poste de Premier secrétaire. Candidat déclaré au poste, Pierre Moscovici a affirmé après la réunion avoir reçu le soutien unanime de ses amis. « Nous ne faisons pas un préalable de sa candidature, louable, au poste de Premier secrétaire », a au contraire certifié Jean-Christophe Cambadélis.
Si les prétendants à la succession de François Hollande avaient affirmé dans la journée leur volonté de rassemblement à l’ouverture de l’université d’été, la soirée a été marquée par les réunions de courants. Devant 600 amis, dont les anciens Premiers ministres Lionel Jospin et Michel Rocard, Bertrand Delanoë a pris acte du refus de Martine Aubry et des strauss-kahniens de faire alliance avec lui.

Une « alternative crédible »

La maire de Lille a estimé dans la journée que Bertrand Delanoë ne souhaitait pas « travailler dans un collectif ». « Quelqu’un a dit que je n’étais pas collectif. Chiche, on compare! », lui a répliqué le maire de Paris, qui a quand même reçu le soutien de quelques strauss-kahniens emmenés par Michel Destot, maire de Grenoble.
Bertrand Delanoë pourrait en revanche bénéficier du soutien de François Hollande. Le Premier secrétaire sortant a laissé entendre lors d’un dîner avec la presse qu’il pourrait soutenir le maire de Paris, à condition qu’il élargisse ses appuis. « S’il n’y a pas d’élargissement, il n’y a pas de victoire possible », a-t-il estimé, en prédisant des scores de 20 à 25% à chacun des trois principaux candidats (Bertrand Delanoë, Ségolène Royal et Martine Aubry).
Seule Ségolène Royal s’est tenue à l’écart de ces tractations. La présidente de la région Poitou-Charentes a réuni vendredi soir ses partisans avant de s’envoler pour Florence, où elle était l’invitée de la fête du Parti démocrate italien.
Les grandes manoeuvres en vue du congrès de Reims devaient se poursuivre samedi, deuxième jour de cette université d’été censée montrer un PS au travail pour proposer une « alternative crédible » à la politique de Nicolas Sarkozy. (avec AP)

Une Réponse à “VERS LA MOTION COMMUNE”

  1. reims2008 dit :

    La popularité sondagiére de Bertrand Delanoe en fait sans conteste un acteur eminent et important du parti. Pour le reste, nous le disons depuis des mois ce congrés ne peut être celui de la pré-désignation pour la prochaine présidentielle. Nous avons encore devant nous de nombreuses étapes à franchir, réussir le congrés, refixer le cap politique, construire collectivement un projet…plutot que de nous en remettre à un homme providentiel.

Laisser un commentaire

 

Le blog-note de Catherine G... |
Blog "Ensemble, dynamisons ... |
EUROPAC PAPETERIE DE ROUEN |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | cceta
| Les Enragés d'Aurillac
| LES MESSAGERS DU RDR